DPG « populaire »: « elle doit être présentée dans le cadre institutionnel approprié » Amadou Ba.

Amadou Ba ancien Premier Ministre et candidat à la Présidentielle de Benno fustige la démarche de son successeur Ousmane Sonko qui a menacé de tenir en cas de carence de l’assemblée nationale sa Déclaration de Politique générale devant une assemblée constituée du peuple sénégalais souverain, de partenaires du Sénégal et d’un jury composé d’universitaires, d’intellectuels et d’acteurs citoyens apolitiques.

Selon Amadou Bâ, la démocratie repose sur des institutions solides et des pratiques républicaines scrupuleusement respectées par tous. « La Déclaration de Politique générale (DPG) du Premier Ministre, loin d’être un simple exercice de communication, constitue un moment décisif où le gouvernement s’engage, devant le peuple, à travers ses représentants élus, à suivre un cap précis selon les orientations du Président de la République. L’article 55 de notre Constitution impose au Premier Ministre de présenter sa DPG devant l’Assemblée nationale. Il est impératif de perpétuer cette tradition républicaine, gage de transparence et de responsabilité gouvernementale ».

La DPG ajoute comme pour apporter une réponse à Sonko qui menace de la tenir hors de l’Institution parlementaire doit être présentée dans le cadre institutionnel approprié, conformément à notre Constitution et à nos traditions républicaines. « Faire la DPG dans l’enceinte de l’Assemblée nationale, devant les élus parlementaires, n’est pas seulement une obligation constitutionnelle, c’est un devoir sacré.  C’est pour cette raison qu’en tant que Premier Ministre, j’ai fait ma DPG devant l’Assemblée nationale, dans les trois mois qui ont suivi ma nomination, et fait face à la motion de censure que les députés d’un groupe parlementaire avaient introduite » a-t-il ajouté.

Pour éviter une crise institutionnelle susceptible de fragiliser notre démocratie, il est de notre devoir de veiller à ce que chaque étape de notre processus démocratique soit scrupuleusement respectée dira en outre Amadou Ba. Pour finir, dira-t-il, mon vœu le plus cher, porté par mon engagement politique, est de voir notre pays progresser dans le respect de nos institutions et de nos valeurs démocratiques. « Notre commune volonté à veiller sur ces principes renforcera notre démocratie et consolidera la confiance de nos concitoyens envers leurs dirigeants » concluraAmadou BA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *