Pas à jour dans ses cotisations et contribution financière à l’AIMF : les raisons de la mise à l’écart de la Ville de Thiès

Le 44ème Congrès de l’AIMF s’est déroulé à Lausanne. Le Maire de Thiés Babacar Diop a regretté la non invitation adressée à sa ville qui selon lui est une insulte de plus à la mémoire du Père fondateur de la Francophonie. Selon Mme Ngone DIOP Directrice de la Coopération et des Relations Extérieures de la Ville de Dakar Vice-Présidente/ SG de l’Association Internationale des Maires Francophones la mise à l’écart de la ville du rail s’explique par le fait que la Ville de Thiès n’est pas à jour dans ses cotisations à l’AIMF. Pire, elle n’a pas contribué financièrement depuis maintenant dix ans.

Suite aux déclarations récentes du maire de la Ville de Thiès dénonçant l’absence de sa collectivité locale au 44ème congrès de l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), Mme Ngone DIOP Directrice de la Coopération et des Relations Extérieures de la Ville de Dakar Vice-Présidente/ SG de l’Association Internationale des Maires Francophones a tenu à apporter quelques précisions. La gouvernance de l’AIMF est majoritairement africaine : sur 28 villes membres du Bureau, 15 sont africaines a-t-elle d’abord fait savoir. L’AIMF ajoute t’elle est une des rares organisations qui développe une coopération de terrain, en appuyant les projets voulus et mis en œuvre par les municipalités membres. Le financement de ces projets se fait via le Fonds de coopération, financé 50% par Paris et alimenté par d’autres partenaires et bailleurs du Nord. La décision d’attribution de subventions aux projets des villes relève pourtant du Bureau dans son ensemble, composé comme précisé ci-dessus par une large majorité de maires africains.

Pour ce qui concerne Thiès, comme toutes les autres villes membres, son engagement au sein du réseau a toujours été souhaité. Un engagement qui doit s’exprimer par une contribution de base à la vie de l’association explique Mme Diop à commencer par le paiement d’une cotisation annuelle symbolique, de 550 €, dont la Ville de Thiès ne s’est plus acquittée en dépit de multiples relances. Contrairement aux affirmations de Monsieur Babacar Diop, la vérité est tout autre. En effet, la ville de Thiès n’est pas à jour dans ses cotisations à l’AIMF. Pire, elle n’a pas contribué financièrement depuis maintenant dix ans. Cette absence prolongée de contribution compromet malheureusement la participation de la Ville de Thiès aux événements et décisions de l’AIMF, indique-t-elle.

De même, il est important de noter que le maire Babacar Diop n’a pas assisté à la dernière Assemblée Générale de l’AIMF qui s’est tenue à Cotonou, au cours de laquelle la liste des participants au congrès a été validée. Une non-participation qui soulève des questions sur l’engagement de la ville de Thiès envers l’AIMF et ses activités soutient Ngone Diop en outre.

« À la lumière de ces précisions, il est clair que l’amertume exprimée par le maire de Thiès doit être cherchée ailleurs. Il est plausible que l’élection du maire de la Ville de Dakar, Barthélémy Dias, à la vice-présidence Secrétaire Général l’AIMF ait suscité une certaine frustration. Cependant, il est impératif de comprendre que le leadership ne s’improvise pas. Il repose sur une participation active, des contributions régulières et un engagement constant envers les objectifs communs. Nous encourageons le maire de la Ville de Thiès à régulariser la situation financière de sa collectivité vis-à-vis de l’AIMF et à participer activement aux futures initiatives de l’organisation. Seule une implication soutenue permettra à la ville de Thiès de retrouver sa place au sein de l’AIMF et de contribuer de manière significative aux travaux » conclura-t-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *